Recrutement : élément clé pour une collaboration au travail efficace

Date de publication :

24/8/2021

Sagarmatha : Nous recrutons des personnes qui nous ressemblent

Christophe Larrenduche

Directeur général

Extrait du livre 365 bonnes pratiques pour créer du lien et mieux travailler ensemble, Alexia de Bernardy – la WE box

Ne ratez plus nos dernières actualités

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Les pratiques de Christophe Larrenduche

« Tout d’abord, l’entreprise célèbre tout, les évènements personnels importants des salariés avec des messages personnels pour chacun, la diversité des équipes avec les « apéros des régions » où chacun présente une spécialité de sa région ou de son pays car la nourriture c’est le partage.

Il y a également l’importance du festif et des temps forts collectifs, créateurs de liens, comme peut l’être la 3e mi-temps au rugby, que ce soit pour les collaborateurs comme pour les clients. Dans un autre état d’esprit, un « mur des mercis » centralise les messages de gratitude des salariés entre eux et également ceux des clients, fort levier de reconnaissance pour les équipes. Une journée est même consacrée à faire une petite attention anonyme à un collègue. C’est l’opération « anges gardiens ». D’autres initiatives illustrent l’univers fun de cette agence évènementielle, comme le « trombinoscope Panini » où chaque salarié a ses propres photos autocollantes et doit remplir son album avec les photos des collègues, ou encore les réunions évènementialisées, animées à tour de rôle par les équipes qui proposent un thème fun. Les équipes se retrouvent alors, déguisées ou réunies autour d’une dégustation de produits, tout en traitant des sujets habituels d’une réunion hebdomadaire. Pour favoriser la créativité, une « prime culturelle » est remise à chacun contre l’engagement (moral) de la dépenser pour une occasion d’ouverture d’esprit, et une bibliothèque est accessible à tous, nourrie d’ouvrages sur le bien-être et le management.

Au-delà de ces initiatives, les managers ont été également formés à la “conversation courageuse”, une méthode proche de la communication non violente qui permet de se dire les choses en conservant une bonne ambiance. En effet, dans une atmosphère aussi attentionnée et affective, même si les rôles de chacun sont parfaitement clairs et les responsabilités ne portent jamais à confusion, il n’était pas évident d’exprimer les difficultés ou les désaccords. Grâce à cela, nous avons pris l’habitude de nous reprendre entre nous quand l’un dérape, critique ou prend quelque chose personnellement.

Concernant l’esprit d’équipe, cela passe surtout par une attention au quotidien, on est tous un ange gardien pour l’autre. Notre conviction ? Give first. Cela passe, par exemple, par une forte culture du partage, et de l’écoute. Les managers sont des “leaders-serviteurs” au service des collaborateurs. L’attention que l’on porte aux équipes est ensuite virale, les salariés se l’approprient et ont le sens de l’entraide entre eux, il y a une solidarité impressionnante qui frappe les clients, chacun est attentif aux autres.

Les liens ainsi facilités par tous ces moments de vie quotidienne, créent une histoire commune avec ses collaborateurs, on travaille alors mieux, avec ses collègues, simplement parce qu’on a envie de le faire. »

La clé pour y parvenir

« La clé pour que cet équilibre soit maintenu entre responsabilité, liberté, humanité et performance ? Tout d’abord nous recrutons des personnes qui nous ressemblent. En entretien je passe plus de temps à discuter de nos valeurs et de notre vision, claires et concrètes, que des compétences techniques des candidats, car nous avons constaté que lorsqu’une personne ne convient pas dans sa mission, le souci porte rarement sur les compétences. D’ailleurs, les équipes travaillant en binômes tournants, ceux qui ne se reconnaissent pas dans la culture de l’entreprise s’excluent d’eux-mêmes. Il y a ainsi un cercle doublement vertueux sur le long terme, d’une part le projet d’entreprise fidélise, d’autre part ce faible turnover permet lui aussi le déploiement total de notre projet d’entreprise. En effet, le turnover “casse” la générosité, alors qu’on est plus enclin à être généreux quand on constate que les têtes ne changent pas trop dans le temps, cela booste la générosité car inconsciemment chacun sait que, dans la durée, on bénéficiera de l’entraide à son tour. »

Vous souhaitez réagir ou compléter ? Partagez cet Article dans la WE room ou contactez-nous : onvousecoute@lawebox.com

Voir le PDFVoir le PDF 2

Ces articles managériales pourraient vous intéresser

vie-en-collectivite-bonne-humeur-au-travail

Bonne humeur au travail : pour une vie en collectivité réussite

Avoir la pêche, la banane, c’est la base de la vie en collectivité. Diffuser le positif, c’est aussi partager les compétences, les idées ...

empowerment-au-travail

Découvrir la notion d'empowerment au travail

Empowerment kesako ? Découvrez la notion d'empowerment au travail avec laWEbox

faire face aux transformations

Comment concrètement faire face aux transformations en 2020 ?

Découvrez comment faire face aux transformations en 2020 avec laWEbox